Kifanlo, Késako ?

Que vous soyez un professionnel de la mer, un passionné des océans, un chercheur à l’esprit iodé ou simplement curieux, ce carnet vous est destiné. Prêt à embarquer ? Il a pour ambition de diffuser le savoir des pêcheurs, de partager nos trouvailles et de vous faire réagir. Mais qu’en est-il concrètement du projet ?  Quel est le cap ? Qui est l’équipage ?

Un clin d’œil

Le Kifanlo est à un chalutier-thonier des Sables d’Olonne, premier navire de pêche a avoir été classé monument historique (1984). Ce navire a aussi été utilisé dans le cadre de campagnes scientifiques par le Muséum National d’Histoire Naturelle.

Pourquoi ?

Dans un contexte de plus en plus contraint par le développement de nouveaux usages et fonctions en mer, les pratiques de pêche demeurent mal connues. Les besoins sont pourtant importants pour éclairer les décisions en matière de gestion des pêches et les enjeux croissants d’aménagement de l’espace maritime.

Le projet Kifanlo « Les pratiques de pêche des flottilles ligériennes : valorisation du savoir des pêcheurs pour l’analyse des dynamiques spatiales et leur évolution dans le temps » repose sur trois principaux constats :

  • le manque de travaux portant sur les dynamiques spatio-temporelles de la pêche (prise en compte du temps long, niveau spatial fin) et définis sur la base d’une même méthode, ouvrant la possibilité d’une analyse diachronique ;
  • le défaut de prise en compte du savoir des pêcheurs, en particulier informant la composante socio-économique du système halieutique ;
  • la difficulté de formaliser ce savoir des pêcheurs pour l’intégrer au savoir scientifique, et en faire un instrument de dialogue entre chercheurs et usagers.
carte ports PdL (image retouchée)
Carte des principaux ports de pêche
des Pays de la Loire.

Dans ce cadre, afin de tirer des éléments d’explication sur les déterminants des pratiques de pêche, le projet Kifanlo a pour but de dépasser le niveau descriptif et se fixe donc deux grands objectifs :

  • étudier dans le temps et dans l’espace les pratiques des flottilles ligériennes de pêche maritime et leurs évolutions entre les années 1970 (pour des raisons d’accessibilité à l’information) et aujourd’hui ;
  • identifier les principaux facteurs orientant le choix des zones de pêche exploitées, leurs poids relatifs en fonction de plusieurs niveaux et types d’agrégation (métiers, navires…), et l’évolution de ces déterminants sur la même période.

Comment ?

Pour produire cette connaissance et ainsi lever le verrou de l’intégration du savoir des pêcheurs, outre les outils et méthodes classiques déployées (enquêtes par entretiens semi-directifs, outils de la géomatique), la démarche s’appuie sur les apports de l’informatique dans le domaine des graphes cognitives ontologiques. Elle repose donc sur l’intrication d’outils et méthodes relevant de deux champs disciplinaires. De ce fait, l’originalité de la démarche réside principalement sur les points suivants : la formalisation de données qualitatives ouvrant la voie à une meilleure valorisation du savoir des pêcheurs, l’émergence de nouvelles connaissances autour de synthèses automatisées et le développement d’un outil d’aide à l’analyse et, dans une perspective de gestion, à la négociation.

Compte tenu de ses objectifs scientifiques, et alors que les questions halieutiques sont encore largement dominées par les sciences dures, ce projet se positionne clairement dans le champ des sciences humaines et sociales. Il se veut donc complémentaire de ces approches et s’inscrit résolument dans une perspective de production de connaissances fines sur les comportements et stratégies de pêche, mais aussi plus globalement sur les questions mémoire et de valorisation du savoir porté par les usagers, aptes à alimenter les réflexions relatives à la gestion des pêcheries et l’aménagement de l’espace maritime.

Qui ?

L’entrée de ce projet se fait par les pêcheurs de la région Pays de la Loire (2ème région de pêche en valeur à l’échelle nationale). Cela induit une implication directe des professionnels de la pêche. C’est pourquoi le Comité régional des pêches des Pays de la Loire est fortement investi dans le projet. Par ailleurs, le projet implique des géographes de l’Université de Nantes (Géolittomer et ESO) et des informaticiens des universités de Nantes (LINA) et d’Angers (LERIA), reconnus pour leurs recherches dans le domaine des plates-formes de développement de graphes cognitives et de la construction/gestion d’ontologies.

Déposé dans le cadre de l’appel à projets 2013 de la Fondation de France « Quels littoraux pour demain ? Savoirs, pratiques, vision et représentations de l’avenir », le projet Kifanlo a été validé par le jury « Littoral ».

Crédit photographique : « Carte aux trésors » par MagNoug (cc by-nc-nd 2.0)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *